Le sud-ouest de la Marne et la région des Marais de Saint-Gond au Néolithique

Responsable : Rémi Martineau (CNRS, ARTEHIS, UMR 6298, Dijon)

La région des Marais de Saint-Gond est exceptionnelle à plus d’un titre. Située sur la bordure orientale du Bassin parisien, à 30 km au sud d’Epernay, elle se trouve à la limite entre la craie du secondaire et les argiles du tertiaire. Au cœur de cette région s’étendent les magnifiques marais de Saint-Gond, de Oyes, de Reuves, de Chenevry et de Vert-la-Gravelle qui, au total, s’étendent sur plus de 20 km de long par 2 km de large. Ces marais classés constituent un patrimoine naturel exceptionnel.

Dans cette région, les sites archéologiques sont extrêmement nombreux et concernent toutes les périodes, du Paléolithique au Moyen Âge. Pour le Néolithique, ce sont plus de 300 sites qui ont été répertoriés. Une partie d’entre eux sont conservés en trois dimensions dans la craie, ce qui constitue une situation très rare dans nos régions. C’est notamment le cas des hypogées (sépultures collectives creusées sous terre) qui ont fait l’objet de nombreuses découvertes dès le XIXe siècle, apportant une grande notoriété archéologique à la région.

Ces sépultures collectives du Néolithique récent (3500-3000 avant notre ère) ont livré entre 2 et 170 individus (hommes, femmes et enfants), inhumés avec des objets de la vie quotidienne, dans un excellent état de conservation. Le département de la Marne comprend 169 hypogées, dont 123 sont concentrés dans la région des Marais de Saint-Gond et 16 se situent sur la Côte des Blancs. On connaît aussi cinq allées couvertes mégalithiques. La plupart de ces sépultures ont malheureusement été fouillées trop tôt dans l’histoire de notre discipline et n’ont pas fait l’objet d’observations minutieuses, ni d’enregistrements, comme cela serait le cas aujourd’hui. Les hypogées du Mesnil-sur-Oger « Les Mournouards » II (3) et de Loisy-en-Brie « Les Gouttes d’Or », fouillés plus récemment, permettent toutefois de donner une idée très précise des processus d’inhumation, ainsi que des équipements personnels des défunts et des dépôts collectifs.

Dans cette région, les minières de silex sont bien plus nombreuses encore que les sépultures collectives. Les détections aériennes, les prospections et quelques fouilles ont permis d’identifier la présence d’un immense complexe minier. 17 secteurs miniers couvrant au total près de 400 hectares ont été identifiés. Quelques minières sont connues par des découvertes anciennes. On connaît surtout la minière du Néolithique moyen et récent de Vert-la-Gravelle « La Crayère » qui a fait l’objet d’une fouille entre 2013 et 2017. Trois hypogées du Néolithique récent (3500-3000 avant notre ère) ont été creusés dans les comblements d’une ancienne minière de silex du Néolithique moyen II (4300-3700 avant notre ère). Cette minière a été exploitée en front de taille, mais aussi à partir de puits et de fosses. Pendant la période d’utilisation des hypogées, le silex a également été exploité de façon ponctuelle sur ce site. La position du site sur une très forte pente n’a malheureusement pas permis la conservation des ateliers de taille qui ont été emportés par l’érosion.

Toutes ces exploitations minières s’expliquent par la présence d’excellents silex du Secondaire et du Tertiaire, présents en abondance dans la région. La caractérisation pétrographique et géochimique de ces silex permet de reconstituer les cartes de diffusion des silex taillés provenant des différentes sources régionales. Rétroactivement, ces études permettent aussi de dater les exploitations.

De façon générale, les habitats néolithiques de la région des Marais de Saint-Gond sont encore assez mal connus, sauf par quelques découvertes anciennes. Leur détection fait actuellement l’objet d’un programme de recherche. Les prospections pédestres ont permis d’identifier l’habitat du Néolithique ancien Villeneuve-Saint-Germain (VSG) de Villevenard « Les Hauts de Congy » (Marne) qui fait l’objet d’une fouille depuis 2018. Quatre maisons trapézoïdales d’une trentaine de mètres de long ont déjà été mises au jour. Les fosses latérales ont livré des bracelets en “schiste”, de grandes quantités de silex taillés comprenant une bonne proportion de lames, de la poterie et des fragments de terres cuites provenant des parois des maisons.

Le programme de recherche s’intéresse également à l’étude de l’organisation du territoire. Pour le Néolithique récent (3500-3000 avant notre ère), qui concerne la majorité des sites connus, un des objectifs du programme consiste également à essayer de comprendre comment les sociétés néolithiques ont organisé leur territoire. L’analyse spatiale des différentes catégories de sites dans ce contexte géomorphologique diversifié (marais en plaine, sépultures collectives et minières sur les coteaux, habitats sur les plateaux) permet de proposer un modèle d’organisation et de structuration du territoire pour les sociétés de cette époque.

Rémi Martineau
CNRS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.