Vert-la-Gravelle (Vert-Toulon) “La Crayère” (Marne). Campagne de fouilles 2017

Rémi Martineau
Chargé de recherche CNRS,  UMR ARTEHIS

En juin 2012, des prospections pédestres permettaient la redécouverte du site de de « La Crayère » à Vert-la-Gravelle (Vert-Toulon, Marne). Dans une forêt située à proximité du vignoble de Champagne, une ancienne cabane de bûcherons cachait un hypogée découvert au milieu du XIXe siècle. Resté ouvert depuis cette époque, mais oublié de la mémoire archéologique, cette redécouverte fut à l’origine de la reprise des fouilles sur ce site. Entre 2013 et 2017, cinq campagnes ont été menées sous la responsabilité de Rémi Martineau (CNRS, Artehis), avec la collaboration d’Anthony Dumontet (CNRS, Artehis) et l’implication de plusieurs membres de l’INRAP.

Le site comprend une nécropole de quatre hypogées (sépultures collectives creusées sous la terre), dont trois sont conservés, aménagés dans une minière de silex (fig. 1). Dans cette région, il s’agit pour le moment du seul site connu qui associe une minière de silex et une nécropole d’hypogées. Les fouilles et les datations au carbone 14 ont montré que la première phase d’exploitation de la minière de silex est antérieure à l’installation des hypogées.

Le site néolithique de Vert-la-Gravelle « La Crayère » associe une nécropole d’hypogées et une minière de silex. Au premier plan à gauche une tranchée d’exploitation du silex au-dessus de laquelle ont été creusés quatre hypogées. À droite, trois puits et une nouvelle tranchée d’exploitation à ciel ouvert.
Figure 1 : Le site néolithique de Vert-la-Gravelle « La Crayère » associe une nécropole d’hypogées et une minière de silex. Au premier plan à gauche une tranchée d’exploitation du silex au-dessus de laquelle ont été creusés quatre hypogées. À droite, trois puits et une nouvelle tranchée d’exploitation à ciel ouvert. Photo Rémi Martineau.

La première phase de la minière de silex correspond à l’occupation la plus ancienne, datée entre 4300 et 3800 cal. BC., correspondant au Néolithique moyen II. D’autres structures semblent avoir été exploitées plus tard, au Néolithique récent, entre 3350 et 3000 cal. BC.

Les hypogées ont été fouillés en 1873 par le baron Joseph de Baye qui en fouilla environ une centaine dans la région des Marais de Saint-Gond (fig. 2). Le mobilier (parure, poteries, outils en silex, en os et en bois de cerf) conservé au Musée d’Archéologie Nationale (MAN) de Saint-Germain-en-Laye, est attribuable au Néolithique récent, entre 3500 et 3000 cal. BC. Les datations radiocarbone obtenues à partir des fouilles récentes confirment cette attribution chronologique.

Le couloir et l’entrée qui mènent à la chambre funéraire de l’hypogée 1 de Vert-la-Gravelle « La Crayère ».
Figure 2 : Le couloir et l’entrée qui mènent à la chambre funéraire de l’hypogée 1 de Vert-la-Gravelle « La Crayère ». Photo Rémi Martineau.

Les hypogées sont donc postérieurs à la première phase de la minière, d’au moins 300 à 800 ans, voire 1000 ans. Les remblais des extractions minières devaient encore être visibles en surface car les hypogées sont spatialement organisés en fonction des anciens creusements miniers. Un puits d’exploration a été creusé à la même période que les hypogées ; d’autres structures de cette période restent sans doute à mettre en évidence.

Les creusements liés à l’exploitation minière suivent le banc de silex. Plusieurs types de structures ont été mises en œuvre : fosses peu profondes, puits cylindriques d’exploration du silex, puits en cloche pour l’exploitation, tranchées à ciel ouvert. Ce sont surtout ces longues tranchées de plusieurs dizaines de mètres de long qui constituent la caractéristique de ce site minier. Ce système d’exploitation a très rarement été mis en œuvre dans les minières de silex. Deux puits cylindriques correspondent à des explorations pour repérer les bancs de silex.

La minière a livré des milliers de déchets de taille et d’extraction, des dizaines de fragments de ramures et de nombreux pics et leviers en bois de cerf (fig. 3). Ces outils étaient fabriqués sur place et servaient à creuser les structures, mais aussi surtout à déchausser les rognons de silex pour les extraire de leur gangue de craie. Les études de mobilier devraient permettre de reconstituer les activités et le fonctionnement du site au cours des différentes phases d’occupation.

Base d’andouiller de cerf en cours de fouilles sur le site de Vert-la-Gravelle « La Crayère »
Figure 3 : Base d’andouiller de cerf en cours de fouilles sur le site de Vert-la-Gravelle « La Crayère ». Photo Rémi Martineau.

Lors de la dernière campagne de fouilles, quatre sondages mécaniques ont été réalisés afin d’avoir une idée sur l’environnement du site. La minière de silex couvre plusieurs hectares. Une grande concentration de mobilier a été identifiée en bas de la pente, au pied du site, attestant d’une forte érosion, en grande partie contemporaine des exploitations. Les études géologiques, sédimentologiques, micromorphologiques et anthracologiques devraient permettre de préciser ces processus taphonomiques.

Les recherches s’orientent maintenant sur les habitats, dont la connaissance fait encore défaut dans cette région. Les sondages réalisés à Villevenard « Les Hauts de Congy » ont mis en évidence des occupations du Paléolithique, du Néolithique ancien, de l’âge du Bronze et du Haut Moyen Âge.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *