échantillon de silex tertiaire

Etude géochimique du silex de la région des Marais de Saint-Gond

Marie Imbeaux
Master 2 SP2G (Sédimentologie, Paléontologie, Géochimie et Géo-ressources) Université de Bourgogne

Durant ces mois de février et mars 2018, des échantillons de silex de la région des Marais de Saint-Gond ont été analysés avec les instruments d’ALIPP 6 (plateforme d’analyse géochimique de l’ISTeP UMR 7193, Sorbonne Université Paris). L’objectif est d’obtenir les compositions élémentaires in situ des silex par ICP-MS à Ablation Laser (LA-ICP-MS-MS). Cette étude s’inscrit dans une problématique de détermination des provenances des silex exploités pour la fabrication d’outils durant la préhistoire.

LA-ICP-MS-MS de la plateforme ALIPP 6
LA-ICP-MS-MS de la plateforme ALIPP 6 (plateforme d’analyse géochimique de l’ISTeP UMR 7193, Sorbonne Université Paris). © M. Imbeaux

 

Une caractérisation pétrographique et paléontologique des silex de la région des Marais de Saint-Gond a déjà été effectuée au cours d’un travail précédent. Cependant, si cette méthode permet d’attribuer la majorité des silex archéologiques à un secteur minier de manière précise, elle n’est, dans certains cas, pas la plus adaptée. Il est en effet difficile de caractériser des pièces de petites dimensions, comme les armatures de flèches, et les objets les plus patinés. C’est pourquoi nous développons actuellement des mesures géochimiques in situ, qui pourraient dans certains cas, nous permettre d’attribuer un outil à une région particulière.

L’objectif de cette étude est de déterminer si les silex de la région des Marais de Saint-Gond, qui ont été intensément exploités au Néolithique, possèdent une signature chimique homogène à différentes échelles, celle du banc, du site et de la région. S’il est possible de déterminer une signature homogène, unique et propre au secteur des Marais de Saint-Gond, nous pourrons alors reconnaître et quantifier ce silex parmi collections archéologiques.

La LA-ICP-MS-MS présente l’avantage majeur qu’elle est très peu destructrice pour des pièces archéologiques. Le laser fait un impact dont le diamètre maximal est de 130 µm, les mesures peuvent être réalisées avec un diamètre de 25 µm (la limite du visible étant de 63 µm). Cette méthode permet également la détection et la quantification d’éléments chimiques dont les teneurs sont infimes (seulement quelques ppm).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.