L’habitat du Néolithique ancien de Villevenard « Les Hauts de Congy » (Marne)

Rémi Martineau, Anthony Dumontet et Anthony Denaire
ARTEHIS, UMR 6298

Après des prospections pédestres réalisées en 2015, le site de Villevenard « Les Hauts de Congy » a fait l’objet, en 2017, d’une évaluation à l’aide de 95 tranchées. Ces sondages ont été suivis de deux campagnes de fouilles, en 2018 et 2019. La totalité des surfaces décapées s’est avérée positive. Près de 1300 structures ont été relevées sur plan. Outre l’habitat néolithique, le site a livré quelques fosses du Bronze final III, mais aussi des structures gallo-romaines et médiévales.

Cinq bâtiments du Néolithique ancien ont été mis en évidence. Les plans des habitations sont de forme trapézoïdale, ce qui constitue une caractéristique de l’habitat de la culture de Blicquy/Villeneuve-Saint-Germain. Douze portions de fosses latérales attenantes à ces maisons ont été fouillées, ainsi qu’une partie des trous de poteaux constituant les tierces. Les fosses latérales ont été fouillées manuellement, par carrés (fig. 1). Toutes les coupes ont été relevées. Les plans des maisons de cette culture sont rarement aussi complets. Ils n’étaient pas connus jusqu’alors en Champagne-Ardenne. La restitution des plans de maisons et de villages constitue un élément essentiel pour la connaissance de l’organisation des communautés du début du Néolithique dans cette région.

Figure 1 : Vue générale des fosses latérales ST18 et ST71 en fin de fouilles. Photo J.-J. Charpy.

Les bâtiments sont orientés est-ouest et mesurent une trentaine de mètres de long. Deux orientations légèrement différentes incitent à penser que le site comporte au moins deux phases chronologiques. Ces différences d’orientation, associées à quelques recoupements entre des trous de poteaux, mais aussi entre certaines fosses latérales de construction, montrent que le village a connu plusieurs phases de construction. Dans la partie ouest du site, les structures ont des surfaces plus réduites et sont moins profondes, indiquant une érosion plus importante.

Plusieurs fosses comportent des zones de rejets de foyers caractérisés par des concentrations importantes de cendres et de charbons de bois (fig. 2). Ces derniers, très fréquents sur l’ensemble du site, ont fait l’objet de prélèvements pour analyse anthracologique. Ces grandes fosses dépotoirs ont livré des dizaines de milliers de silex taillés, des milliers de tessons de poteries, de la terre cuite provenant sans doute des murs en torchis, du matériel de mouture ou de broyage et des fragments de bracelets en roches métamorphiques. En revanche les ossements ne sont pas conservés.

Figure 2 : Les couches de rejets de foyers sont bien visibles sur cette coupe de la fosse latérale ST14. Photo Z. Nikolova.

Dans son ensemble le corpus céramique correspond à la culture de Blicquy/Villeneuve-Saint-Germain, mais il comporte aussi quelques tessons caractéristiques du Rubané. Cette situation implique qu’il s’agit, soit d’une phase de transition entre ces deux cultures si elles sont bien diachrones, soit que ces deux cultures ont été en partie contemporaines. Les études de mobilier et des datations radiocarbone sont en cours afin de préciser les phases d’occupation du site. Les perspectives de recherche offertes par ce site sont très nombreuses. En 2020 la poursuite du décapage permettra de compléter le plan de la partie orientale des bâtiments identifiés, et surtout de chercher s’il existe de nouvelles maisons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.