détail d'un décor de céramique néolithique

La céramique néolithique de Broussy-le-Grand « L’Ourlet »

Marie Charnot (Post-doctorante, docteur de l’Université de Bourgogne Franche-Comté)

Un article paru en décembre 2019 dans la Revue archéologique de l’Est présente une étude inédite de la céramique néolithique du site de Broussy-le-Grand « L’Ourlet », fouillé en 1971 et 1972.

Ce site est situé sur le flanc de la rive sud des Marais de Saint-Gond. Il a livré un mobilier céramique riche mais hétérogène. La sélection d’un échantillon de 167 individus attribuables au Néolithique a permis de mieux caractériser les différentes occupations qui se sont succédées dans ce secteur. Les données stratigraphiques et les structures archéologiques étant quasiment absentes pour ce site, c’est par l’analyse croisée de données typologiques et technologiques que la reconstitution d’ensembles potentiellement contemporains a pu être proposée.

Les résultats de cette étude montrent, pour le Néolithique, la présence de plusieurs indices d’occupation sur le temps long. Pour le Néolithique moyen I, un ensemble assez conséquent de 59 individus trouve de nombreux points communs typologiques et technologiques avec le Cerny de la Bassée. Un groupe plus restreint de 17 individus renvoie quant à lui à une phase ancienne du Bischheim occidental. Grâce au calage chronologique de ces deux cultures dans le Bassin parisien, cette attribution permet de situer cette première phase entre 4800 et 4300 avant notre ère.

Aires d’extensions connues actuellement pour les cultures du Ve millénaire dans le Bassin parisien (d’après Jeunesse et al., 2019). Pour la première étape (A : 5000-4500 av. n. è.), le site de Broussy-le-Grand « L’Ourlet » se situe sur la limite orientale de la culture de Cerny. Il faut ajouter que la présence du Bischheim occidental (correspondant aux groupes Roessen et épi-Roessen) est régulièrement documentée au moins dans la frange orientale du Cerny. La deuxième étape (B : 4500-4000 av. n. è.) souligne à nouveau la position particulière du site de Broussy-le-Grand. Le secteur, encore mal caractérisé, des Marais de Saint-Gond apparait être à l’interface du groupe de Noyen et du Michelsberg.

Une deuxième phase, caractérisée par environ 70 individus, peut être rapprochée du Néolithique moyen II au sens large. Alors que les éléments techniques comme les types de dégraissant (silex et chamotte) évoquent plusieurs cultures de cette phase, les critères typologiques renvoient plutôt au groupe de Noyen, au groupe de Balloy, voire au Cortaillod. Il est possible que cet ensemble corresponde à un faciès culturel inédit.

Une dernière phase est documentée par un petit ensemble très homogène de 17 individus. Elle correspond sans doute à une occupation du Néolithique récent/final, qui peut notamment être comparée à celles de Morains-le-Petit (Val-des-Marais) « Le Pré-à-Vaches » et Presles-et-Boves « Les Bois Plantés ».

Ces résultats ont permis de montrer que le territoire des Marais de Saint-Gond a été occupé durablement au Néolithique. De plus, ils révèlent l’important potentiel archéologique du secteur. Ce territoire pourrait être un secteur clé, à l’interface de plusieurs cultures céramiques, durant les différentes phases du Néolithique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.