La vallée du Boitet et les marais de Vert-la-Gravelle (Marne) au Tardiglaciaire

Bruno Depreux (doctorant, Université Paul Valéry – Montpellier 3)

Un article paru en novembre 2019 dans la revue Geomorphology présente les dynamiques géomorphologiques et végétales de la vallée du Boitet au cours du dernier réchauffement glaciaire.

L’étude de cette vallée, située en contrebas du site néolithique de « La Crayère » à Vert-la-Gravelle (Vert-Toulon, Marne), démontre que la rivière et sa plaine alluviale s’adaptent en réponse aux changements climatiques rapides du Tardiglaciaire et du début de l’Holocène ancien (environ 16000 – 11000 ans avant l’actuel). L’évolution de la vallée du Boitet présente donc de fortes similitudes avec celle d’autres rivières d’Europe occidentale. Toutefois, elle résulte également de facteurs plus locaux, comme sa position en tête de bassin-versant (en amont du cours du Petit-Morin) ou les particularités de son héritage paysager (notamment du fait de captures hydrologiques, qui correspondent à une modification du tracé d’un cours d’eau détourné par une autre rivière). Deux spécificités sont ainsi à souligner : d’une part, la préservation remarquable de dépôts alluviaux du Dryas ancien (avant 14700 ans), rarement observés en de tels contextes ; d’autre part, l’identification de réseaux à chenaux multiples et anastomosés (entrecroisement de chenaux étroits et sinueux à faible débit) pendant les phases froides du Tardiglaciaire (Dryas ancien et Dryas récent). Il est notamment démontré que les bassins amont des cours d’eau peuvent constituer de bons objets d’étude afin de révéler les réponses contrastées de l’hydrosystème à des forçages externes et/ou internes.

Cette publication collective et interdisciplinaire, menée par Bruno Depreux, Amélie Quiquerez, Carole Bégéot, Christian Camerlynck, Anne-Véronique Walter-Simonet, Pascale Ruffaldi et Rémi Martineau (UMR 5140 ASM, UMR 6298 ARTEHIS, UMR 6249 Chrono-Environnement, UMR 7619 METIS), constitue un des premiers échelons dans l’étude des paléoenvironnements des marais de Saint-Gond.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.