Etude gîtologique du silex de la région des marais de Saint-Gond et de sa diffusion à l’échelle locale

Marie Imbeaux (Master 2, Université de Bourgogne)

Une étude gîtologique a été menée sur le silex de la région des marais de Saint-Gond afin de définir les faciès sédimentaires. La détermination précise de ces derniers fournit une description complète du matériau et permet d’en retracer la diffusion dans les sites néolithique locaux. Les échantillons ont été prélevés directement dans la craie sur les minières de silex néolithiques de Villevenard « Les Chaneux », de Coizard « La Haie Jeanneton », de Vert-la-Gravelle « La Crayère », de Loisy-en-Brie « 56 Grande Rue » et de Vertus « Grandval », une minière de la Côte des Blancs. Ces 5 minières ont fait l’objet de fouilles entre la fin du XIXe siècle et aujourd’hui.

Le silex de la région des marais de Saint-Gond s’est formé dans un sédiment déposé dans un milieu de plate-forme carbonatée ouverte, d’une profondeur inférieure à 200 m et relativement calme. Ce milieu était irrégulièrement agité par des courants qui ont apporté des éléments du rivage. La faune fossile est dominée par des éponges dont les spicules sont très abondants, dispersés dans la matrice, et par des foraminifères. On trouve quelques fragments de colonies branchues de bryozoaires, des piquants d’oursins et des brachiopodes plus ou moins altérés ainsi que des gastéropodes et des bivalves très altérés.

fig1_fossiles-web2

L’étude a montré que chacun des secteurs miniers échantillonnés possède un faciès différent, ce qui permet de les différencier les uns des autres. Ceci a pour intérêt majeur de pouvoir identifier, au sein des collections archéologiques, le silex de la région des marais de Saint-Gond. Il est également possible de préciser de quel secteur minier il est issu.

Six sites néolithiques ont été étudiés, dont les périodes d’occupation vont de la fin du Néolithique moyen au début du Néolithique final. Il s’agit des habitats de Val-des-Marais « Pré à Vaches » et Ecury-le-Repos « Le Clos », de l’allée couverte de Bannay « Le Reclus » et des hypogées d’Avize « Les Dimaines », du Mesnil-sur-Oger « Les Mournouards » l’hypogée II (3) et de Chouilly « La Grifaine ».

Pour chaque site néolithique étudié, le silex de la région des marais de Saint-Gond est bien représenté, avec des faciès différents indiquant plusieurs sites d’approvisionnement en matière première. Il existait donc des relations entre les occupants de ces sites et les activités d’extraction minière de la région.

fig2_fossiles-web2

Depuis 2012, 110 affleurements de silex ont été échantillonnés dans la région des marais de Saint-Gond. Chacun de ces échantillons devra faire l’objet d’une détermination des faciès sédimentaires. Cette étude permettra de définir, à l’échelle de la région des marais de Saint-Gond, les variations des faciès sédimentaires du silex de la craie et de préciser au mieux la provenance des silex archéologiques emportés dans les sites de consommation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *