Le baron de Baye et Augustin Roland, les débuts de leur relation. L’archéologie préhistorique dans les marais de Saint-Gond au début du vingtième siècle

Un article de Jean-Jacques Charpy intitulé « Le baron de Baye et Augustin Roland, les débuts de leur relation. L’archéologie préhistorique dans les marais de Saint-Gond au début du XXe siècle » est paru en 2015  dans le tome CXXX des Etudes marnaises. En voici un court résumé, réalisé par l’auteur :

Il était intéressant de s’interroger sur la rencontre entre deux pionniers de l’archéologie préhistorique champenoise. Après une courte biographie de chacun des deux acteurs, on s’est appliqué à établir les faits à partir des archives de chacun et des échos de leurs recherches perçus par la presse locale tout comme celle nationale. La première découverte de Roland est celle d’une minière à « La Craïère » (lieu-dit vernaculaire) en 1907 puis d’hypogées, en 1908, aux « Ronces ». C’est Roland qui entre en rapport avec de Baye, malheureusement il est en Russie et ne peut répondre qu’après la fin des recherches.

De là vont naître des quiproquos, suite à l’absence de contacts directs, à celle de localisation précise et de plans publiés. Ainsi, à propos de Courjeonnet « Les Houillottes » de Baye va porter plainte pour violation de propriété contre Roland quand il ouvre sur Villevenard des hypogées aux « Ronces », lieu abandonné par de Baye depuis plus de vingt années. Le ton est monté quand sur une information l’ancien fouilleur apprend que le jeune instituteur projette des recherches au « Trou du Renard » que le premier assimile au « Trou Blériot ». Mais s’il s’agit probablement du même site, la première appellation locale se trouve sur Villevenard alors que la seconde est sur Courjeonnet. Les archives et la presse témoignent dans le détail des épisodes qui ont agité les rives des marais de Saint-Gond.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *