Reconstitution en 3 dimensions du site de « La Crayère » à Vert-la-Gravelle

Fabrice Monna

Principe

Les techniques modernes de numérisation permettent aujourd’hui la reconstitution virtuelle de l’espace en trois dimensions. Il peut s’agir à la fois d’un simple objet ou d’un site, avec une précision de reconstitution définie lors de l’acquisition et de la production du modèle. L’information topologique, c’est-à-dire la localisation spatiale, est conservée dans son entièreté. Les calculs de distances, volumes ou surfaces deviennent beaucoup plus aisés que ceux entrepris à partir d’un relevé, même précis, en deux dimensions.

Méthodes d’acquisition

Ici, les modèles 3D ont été reconstruits par photogrammétrie. Cette technique est relativement simple lors de l’acquisition puisqu’elle ne nécessite qu’un appareil photo (NIKON D800 ou SONY RX100 MIII dans notre cas). Il s’agit de prendre des images de l’objet à modéliser en veillant toutefois à se déplacer entre chaque prise de vue. Pour simplifier la phase de calcul, le manipulateur veille à ne pas changer de focale durant l’opération. Les focales fixes 24 mm ou 50 mm sont particulièrement bien adaptées à l’acquisition. Chaque partie de l’objet doit être présente sur au moins deux photos pour la reconstruction. Un logiciel spécialisé (ici Photoscan PRO d’Agisoft) détecte dans le lot d’images des points homologues qui servent à repositionner les caméras dans l’espace. De là, un nuage dense de points tridimensionnels est créé par interpolation, puis un maillage caractérisant la scène. Enfin, la texture extraite des photos est projetée sur le maillage de sorte que le modèle 3D produit présente l’ensemble des caractéristiques géométriques et visuelles de l’objet ciblé. Il peut intégrer une scène virtuelle où l’opérateur choisira les conditions de lumière, l’angle de vue, la focale.

Hypogées – Vert-Toulon
by Fabrice Monna
on Sketchfab


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *