Le site de Broussy-le-Grand «L’Ourlet» (Marne). Étude de la céramique

Marie Charnot (master 2, Université de Bourgogne)

Dans le cadre du projet de recherche sur « Les occupations néolithiques dans les marais de de Saint-Gond » (resp. : R. Martineau), un mémoire de Master 1 de l’Université de Bourgogne a porté sur l’analyse de la céramique néolithique de ce site interprété comme un habitat.

L’intérêt était d’étudier et de dater ce mobilier rattaché à un habitat, alors que la plupart des sites de cette région sont des minières de silex ou des sépultures collectives. Cette étude présente des intérêts multiples, avec pour ligne directrice l’enrichissement de la recherche sur le Néolithique du secteur en permettant de mieux comprendre les faciès culturels et les implantations anthropiques.

D6_4-low
Tesson décoré de la culture de Cerny. Cette culture du Néolithique moyen I (4700-4200 avant Jésus-Christ) s’étend principalement dans tout le Bassin parisien.

 

L’étude de la céramique néolithique a donc permis de mettre en évidence des occupations successives allant du Néolithique moyen I (4700-4200 avant Jésus-Christ, principalement de la culture de Cerny) au Néolithique récent (3500-3000 avant Jésus-Christ) et marquées par plusieurs faciès culturels. La mise en évidence d’une occupation Cerny du Néolithique moyen est une nouveauté pour la région.

D5_7-low
Tesson décoré de la culture de Cerny. Cette culture du Néolithique moyen I (4700-4200 avant Jésus-Christ) s’étend principalement dans tout le Bassin parisien.

 

Le mobilier rattaché au Néolithique récent est tout à fait comparable à celui mis au jour sur le site d’habitat de la même période et située à une dizaine de kilomètres : Morains-le-Petit « Le Pré-à-Vaches » (Marne). La connaissance sur cette phase, pour l’instant mieux connue pour ses sépultures en hypogée que pour ses habitats, reste à développer, notamment grâce à de nouvelles fouilles.

L’étude de la céramique de ce site laisse présager la richesse archéologique des marais de Saint-Gond pour le Néolithique. La mise en évidence d’occupations antérieures au Néolithique récent ne peut qu’encourager les recherches.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *