Le Néolithique des marais de Saint-Gond (Marne, France). Études spatiales et paléoenvironnementales pour la reconstitution du territoire et des dynamiques d’anthropisation

Responsable : Rémi Martineau (CNRS, ArTeHis, UMR 6298 CNRS-uB)

Bonus Qualité Recherche du PRES Bourgogne/Franche-Comté, 2014-2015

La région des marais de Saint-Gond (Marne) associe une zone humide comportant un remplissage sédimentaire tourbeux d’une puissance de 6,5 m et plus de 150 sites néolithiques, dont une quinzaine de nécropoles réunissant à elles seules plus de 120 hypogées. L’objectif est d’évaluer cet immense potentiel paléoenvironnemental afin, à terme, d’analyser en détail la dynamique des remplissages sédimentaires, notamment pour la période Atlantique. Le traitement des photographies aériennes infrarouges à haute résolution permettra de mettre en évidence de nouveaux sites et de circonscrire les extensions des minières de silex. Les résultats concernant l’anthropisation de l’environnement pourront ainsi être croisés avec la répartition spatiale et fonctionnelle des sites néolithiques sur les communes de Vert-Toulon, Coizard et Villevenard. L’ensemble de ces données permettra de proposer une vision globale de l’occupation de l’espace et de l’exploitation des ressources minérales et végétales par les sociétés néolithiques.

En 2012 et 2013, des fouilles réalisées dans la région des marais de Saint-Gond (Marne) ont mis au jour des minières de silex. Des puits d’extraction de plusieurs mètres de profondeur, creusés dans la craie, sont parfois reliés par des galeries. Ce phénomène minier est en partie contemporain des 120 hypogées du Néolithique récent (3500-3000 avant notre ère), fouillés dans ce secteur entre 1872 et 1930. La présence de mines de silex peut-elle expliquer cette exceptionnelle concentration de monuments funéraires creusés dans la craie et uniques en France ? Quel a été l’impact de ces nombreuses exploitations minières dans l’organisation et la structuration de ce territoire ? Des études d’imagerie aérienne permettront de détecter et quantifier les puits de mines. Un traitement spatial à l’aide d’un Système d’Information Géographique (SIG) permettra d’évaluer l’implantation des sites (habitats, funéraires et minières) en fonction des affleurements de silex et de tester le modèle d’organisation territoriale en lien avec son exploitation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *