La redécouverte des hypogées et des minières de silex de Vert-la-Gravelle (Vert-Toulon) « La Crayère », Marne : campagne de fouille 2013

Il n’existe aucune indication sur la localisation, ni aucun plan du site fouillé par Joseph de Baye en 1873-1874, pas plus que par André Loppin et André Brisson qui le visitèrent dans les années 30. On connaissait seulement les objets découverts à l’époque et conservés au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye, sous l’appellation “Vert-la-Gravelle”, sans précisions.

Vue intérieure du puits 1 de Vert-la-Gravelle "La Crayère". Un boyau relie les puits 1 (au premier plan) et 2 (visible au second plan, derrière le pilier en craie du boyau). (photo R. Martineau)
Vue intérieure du puits 1 de Vert-la-Gravelle « La Crayère ». Un boyau relie les puits 1 (au premier plan) et 2 (visible au second plan, derrière le pilier en craie du boyau). (photo R. Martineau) 

En juin 2012, grâce à la population locale, des prospections ont permis de retrouver le site oublié de “La Crayère” à Vert-la-Gravelle (Vert-Toulon). Durant l’été 2013, la fouille du site a mis au jour deux hypogées et deux puits d’extraction du silex. On savait déjà que le phénomène des hypogées était contemporain d’une partie de la période d’exploitation des minières, mais leur contiguïté sur le site de Vert-la-Gravelle renforce ce lien très étroit. Ces recherches vont permettre d’étudier de manière approfondie l’architecture des hypogées, les remplissages et la chronologie des minières, ainsi que l’organisation interne du site qui semble montrer une bipartition (minières à l’est et hypogées à l’ouest).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *