Le site de Broussy-le-Grand «L’Ourlet» (Marne). Étude lithique

Mathieu Dupont (master 2, Université de Bourgogne)

Dans le cadre du programme de recherche sur les occupations néolithiques de la région des Marais de Saint-Gond et de la vallée du Petit Morin (coordination Rémi Martineau), deux mémoires de master 1 de l’Université de Bourgogne (Dijon) ont été réalisés sur le site néolithique de Broussy-le-Grand « L’Ourlet » (Marne). Le mobilier lithique a été étudié par Mathieu Dupont et le mobilier céramique par Marie Charnot.

Le site a été fouillé en 1972 et 1973 sous la direction de Bernard Chertier. Une vaste dépression contenait plus de 12 000 objets (poteries, faune, silex taillés, meules). Le site présentait également quelques trous de poteaux, des fosses et un puits contenant un bucrane de bœuf déposé sous des blocs de grès.

L’étude typologique des silex a permis de classer les outils selon leurs caractéristiques morphologiques, technologiques et fonctionnelles. Les techniques et méthodes de taille ont également été identifiées. L’ensemble de ces caractéristiques typologiques et technologiques a permis de mettre en évidence la présence de plusieurs groupes culturels. Le plus ancien groupe détecté correspond au Rubané Récent du Bassin Parisien, identifié grâce à une pointe de flèche isolée, réalisée selon une facture caractéristique de ces périodes anciennes. Le Néolithique Moyen est très bien représenté, notamment par la culture de Cerny. L’industrie lithique de cette culture est réalisée à partir d’éclats obtenus par percussion directe, associés à une production laminaire très irrégulière et grossière. Les grattoirs sur gros éclats sont nombreux, associés à des armatures à tranchant transversal, des tranchets, des pointes, des perçoirs et des denticulés. Au Néolithique Récent, une production laminaire par percussion indirecte complète ce même outillage.

Les précédents travaux avaient attribué le site de « L’Ourlet » au Chasséen (4200-3600 avant J-C.). Cette étude montre en fait la présence d’occupations de la culture de Cerny, (4700-4300 avant J-C.) et du Néolithique Récent (3500-3000 avant J-C.).

En ce qui concerne l’occupation du Néolithique Moyen I, certains indicateurs tendraient à montrer la présence d’objets représentatifs de la culture de Rössen (pointes de flèche foliacées, présence de débitage laminaire avec percussion indirecte).

Par la présence concomitante de groupes culturels du Bassin parisien et de groupes issus de l’Est de la France, la région des marais de Saint-Gond pourrait constituer une interface entre plusieurs ensembles culturels. Ces résultats offrent de nouvelles perspectives de recherche et démontrent une fois encore la complexité et l’intérêt du secteur des marais de Saint-Gond pour le Néolithique.

Hache polie en silex du site de Broussy-le-Grand « L’Ourlet » (photo Mathieu Dupont)
Hache polie en silex du site de Broussy-le-Grand « L’Ourlet » (photo Mathieu Dupont)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *