Une courte biographie du baron de Baye

Joseph de Baye est né le lundi 31 janvier 1853 à Paris dans un milieu aristocratique catholique vivant des revenus des terres et des fermes dépendantes du château de Baye (Marne). Il a fait ses études à Paris chez les Jésuites de la rue de Vaugirard dont il ne gardera pas un très bon souvenir. Pour le protéger des idées républicaines, ses parents lui imposent, en 1870, un précepteur, l’abbé Alphonse Bordé (1824-1899) auprès duquel il va trouver un ferme soutien pour la recherche archéologique.

La période consacrée à l’archéologie locale

Il découvre dans sa prime adolescence l’archéologie par des ramassages de surface lorsqu’il accompagne son père à la chasse sur le plateau de « La Vieille Andecy », sur la limite des communes de Baye, Congy et Villevenard (Marne). À partir de l’hiver 1871 et jusque dans les années 1890, il va utiliser, pendant la période creuse de l’hiver, les services de plus d’une dizaine d’employés du domaine et de manouvriers du secteur. Les recherches ne sont pas exclusives à une période mais elles vont essentiellement porter sur le Néolithique, la protohistoire surtout l’âge du Fer et le haut Moyen Âge.

À côté de ses fouilles personnelles dont les données sont fiables, il acquiert par son réseau fondé sur le clergé local des ensembles d’objets dont les associations et les origines peuvent être douteuses. La collection est si riche qu’en 1873 débutent les travaux d’aménagement d’un musée dans l’aile septentrionale du château. L’inauguration officielle s’est faite à l’occasion du Congrès archéologique de France de 1875 qui s’est tenu à Châlons-en-Champagne.

Après le temps des soutiens, vient celui des discordes avec la communauté scientifique et des doutes de celle-ci. En 1894, il propose sa collection au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye. L’État l’accepte celle-ci officiellement en 1906. En 1877, il épouse à Paris Marie Oppenheim (1859-1928), fille d’une famille de la finance et de la banque. De leur union vont naître deux filles, l’une en 1879, l’autre en 1887.

Fouille néolithique en Ukraine, à Jurieva Gora, près de Sméla (gouvernement de Kiev). © Ville d’Épernay
Fouille néolithique en Ukraine, à Jurieva Gora, près de Sméla (gouvernement de Kiev). © Ville d’Épernay 

La période tournée vers l’empire russe

C’est à partir de 1890, pour partie suite aux déconvenues avec le milieu archéologique national, qu’à l’occasion du Congrès d’archéologie russe de Moscou, il va se lier d’une amitié indéfectible avec deux personnages importants, le comte Serge Chérémétev (1844-1918) et le prince Nicolas Cherbatov (1853-1929). Ainsi, de 1895 à 1914, le baron va organiser à ses frais une mission pour effectuer des recherches dans l’empire russe. Il effectue chacune d’elles avec pour objectif l’archéologie (de la période préhistorique à celle historique des Goths), l’ethnographie, les arts populaires et la christianisation.

Dans le Caucase, et plus particulièrement en Géorgie de 1897 à 1904, il ne peut exercer de recherches archéologiques car c’est interdit par une loi. Il va contourner l’obstacle en portant son intérêt vers un autre aspect de l’anthropologie qui est l’ethnographie. C’est à ce titre, pour ses écrits et ses nombreux clichés qu’il y est connu. De chacun de ses voyages dans l’empire russe, il rapporte des témoignages archéologiques, des documents historiques et des objets ethnographiques qu’il offre aux musées russes et parisiens.

Le premier conflit mondial le surprend alors qu’il est à Moscou. Il revient de Russie malade et très affaibli. Il arrive à Paris le 6 octobre 1920. La période de la Révolution bolchévique a été la plus pénible, à cause des brimades, de deux incarcérations, de la faim, du froid et des exécutions d’amis.Dans les dix dernières années de sa vie, il tente en vain de reprendre des activités. Mais, il est oublié et handicapé par la maladie. Il reste malgré tout attaché à la Société des Antiquaires de France dont il fut président. Il garde ainsi un contact avec l’archéologie. Il apporte son soutien à l’abbé Favret dans son projet d’ouverture du Musée de Préhistoire et d’archéologie régionale à Épernay. Il s’éteint le samedi 30 mai 1931 à Paris.

Jean-Jacques Charpy
Conservateur en chef du Patrimoine


Une réflexion au sujet de « Une courte biographie du baron de Baye »

  1. Je tombe par hasard sur ce site et votre article sur Joseph de Baye. Je vous remercie de l’attention que vous portez à J. de Baye qui mériterait une biographie approfondie.
    Son rôle dans les relations archéologiques et ethnographiques avec les Russes a été très important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *