Joseph de Baye, un archéologue champenois

Le savant Joseph Berthelot de Baye (1853-1931) est le dernier représentant d’une longue lignée aristocratique d’origine bretonne ayant acquis par échange, au XVIIe siècle, la baronnie de Baye en Champagne. Il préfère le calme de la province et choisit de passer le plus clair de son temps au château familial de Baye, délaissant très volontiers son hôtel particulier parisien. C’est vers l’âge de treize ans qu’il découvre la Préhistoire en ramassant des outils en silex en allant à la chasse avec son père. Il est initié à cette science par son cousin, le comte de Mellet puis par son précepteur, l’abbé Bordé. C’est pendant l’hiver 1871 puis de 1872 à 1874 qu’il fait fouiller une centaine de sépultures collectives du Néolithique récent (3400-2900 av. J.-C.), creusées dans la craie. Les résultats de ce travail sont tout à fait novateurs pour l’époque et ces tombes ont aussi livré des sculptures de haches emmanchées et des figures anthropomorphes en bas-relief à Coizard et Courjeonnet (Marne). Il a aussi mis au jour, en 1872, des puits d’extraction de silex à Coizard et des ateliers sur le plateau de Brie.

Il se consacre ainsi à l’archéologie locale jusqu’en 1890 en faisant explorer les proches rives des marais de Saint-Gond, dans le sud-ouest du département de la Marne. C’est ainsi qu’il a collecté et acheté plusieurs milliers d’objets préhistoriques, protohistoriques, mérovingiens et médiévaux qu’il présente dans une grande salle de l’aile nord du château de Baye. Ce musée, inauguré en 1875, a été visité par les plus grandes sommités archéologiques européennes de l’époque. Cette collection entre en 1906 au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye.

Copie des archives du Musée d'Épernay d'une photo en collection privée
Copie des archives du Musée d’Épernay d’une photo en collection privée

Les dix dernières années de sa vie sont marquées par un déclin progressif de sa santé, la ruine financière (emprunts russes), l’obligation de vendre des biens immobiliers. Il tente en vain de reprendre des recherches archéologiques sur les carreaux de pavement médiévaux, sujet sur lequel il a déjà publié. Ses derniers moments de bonheur, il les doit au Dr L. Capitan et à l’abbé P.-M. Favret qui ont sauvegardé son œuvre archéologique en faisant classer Monuments Historiques les hypogées qu’il avait mis au jour dans sa jeunesse à Coizard « Le Razet » et Courjeonnet « Les Houyottes ».

Il s’est éteint à Paris, puis a été enterré dans la crypte funéraire familiale de la chapelle Saint Roch de Baye.C’est dans l’oubli que s’est achevée la vie de cet homme, tant attaché à la région champenoise. Il a reçu de nombreuses récompenses internationales au titre de l’archéologie et les plus hautes distinctions des cours européennes, notamment les distinctions impériales de Russie.

Jean-Jacques Charpy
Conservateur en chef du Patrimoine


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *