Hypogées et minières de silex néolithiques des marais de Saint-Gond

Un patrimoine archéologique d’une richesse exceptionnelle
La région des marais de Saint-Gond comprend plus de 120 des 150 sépultures collectives en hypogée du département de la Marne. Depuis plus de 150 ans, ces nombreux hypogées ont été l’attrait de plusieurs générations d’archéologues qui se sont surtout focalisés sur le contenu de ces sépultures collectives, mais se sont peu intéressés aux monuments eux-mêmes, pourtant conservés de manière exceptionnelle dans le sous-sol crayeux. Tous ces monuments funéraires datent du Néolithique récent (3500-3000 avant notre ère).
L’exploitation souterraine d’un silex abondant et de grande qualité permet d’expliquer les raisons de cette intense occupation. Concentrés dans quatre secteurs, des centaines de puits d’extraction de silex ont été creusés dans la craie à plusieurs mètres de profondeur.

Entrée de l'hypogée 1 de Vert-la-Gravelle "La Crayère", dégagée lors de la campagne de fouille de 2013. (photo R. Martineau)
Entrée de l’hypogée 1 de Vert-la-Gravelle “La Crayère”, dégagée lors de la campagne de fouille de 2013. (photo R. Martineau)

De nombreuses perspectives de recherche
Depuis 2012, les fouilles, dirigées par Rémi Martineau (CNRS, laboratoire Artehis, Dijon), sont financées par la DRAC/SRA Champagne-Ardenne (Ministère de la Culture) et ont été très soutenues par les communes de Vert-la-Gravelle/Vert-Toulon et de Coizard-Joches et par leurs habitants.
L’objectif général du programme de recherche est de comprendre comment les populations néolithiques étaient techniquement, socialement et économiquement organisées dans ce territoire, et quels liens elles entretenaient avec les régions voisines.
Le potentiel archéologique et le très grand intérêt scientifique de ces découvertes nécessitera de poursuivre les fouilles de Vert-la-Gravelle “La Crayère” pendant encore plusieurs années. Il est aussi envisagé de fouiller d’autres minières, notamment à Coizard. Les archéologues cherchent aussi les habitats de ces populations néolithiques qui devaient résider dans le secteur.

Rémi Martineau
CNRS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">